Accueil Histoire cachée Le sang de Toutankhamon

Le sang de Toutankhamon

0

Un article long mais passionnant sur les recherches sur l’ADN de Toutankhamon, les batailles entre égyptologues, scientifiques, politiciens, nationalistes et les situations politiques instables de l’Égypte qui empêchent toute recherche.

Si vous avez lu l’article : Le veritable secret de Toutankhamon enfin dévoilé, vous savez qu’il y a d’autres raisons plus importantes encore qui peuvent expliquer le blocage des recherches et le vol d’objet ancien dont parle l’article.

Ce n’est surement pas un hasard si les musées contenants des objets sumériens ou égyptiens sont vandalisés et dévalisés, de même, le fait que l’armée américaine participe à ces vols et à la destruction par bombardement ou à coup de bulldozer dans les lieux de fouille (il y a eu de nombreux articles à ce propos).

Voir : L’origine sumérienne et égyptienne de la Bible, les preuves

L’article de medium.com :

TRENTE PIEDS SOUS LE DÉSERT au sud de l’Égypte

Yehia Gad se tient dans un tombeau de pierre étroit.

Au mur, des peintures aux couleurs vives racontent l’histoire du voyage d’un roi ancien dans l’au-delà.

Les traits précis montrent une momie embaumée avec beaucoup de soin, une bataille périlleuse pour son âme et une éternité passée à chevaucher le Soleil.

Gad bouge lentement, enfermé dans un masque et une blouse de protection et un chapeau qui cache ses cheveux gris et soignés.

Devant lui, sur une table en bois, se trouve le corps qui a été enterré ici il y a plus de 3 000 ans.

La silhouette fine comme un bâton n’est qu’une silhouette, noire comme du charbon, avec des orbites vides et une peau craquelée comme de la terre desséchée.

C’est Toutankhamon, le pharaon le plus célèbre d’Égypte, un homme dont le peuple croyait être un dieu sur terre.

Gad met une paire de gants blancs et ramasse une aiguille à biopsie.

Nous sommes en février 2008. Le président Moubarak règne en Égypte et le service des antiquités du pays est dirigé par un archéologue charismatique et puissant appelé Zahi Hawass.

Gad n’est pas le premier à essayer de tester l’ADN de Toutankhamon, mais il est le premier à aller aussi loin.

Les efforts précédents des étrangers ont été annulés à la dernière minute.

Après des décennies d’ingérences extérieures, les politiciens égyptiens ont été réticents à remettre les clés des origines des pharaons – en particulier lorsque les résultats, s’ils tombaient dans le creuset du Moyen-Orient, pourraient s’avérer explosifs.

Maintenant, la télévision américaine, avec ses budgets somptueux, a acheté son chemin au roi.

La chaîne Discovery Channel a déboursé des millions de dollars pour la réalisation d’une étude pionnière sur le patrimoine génétique de Toutankhamon, réalisée cette fois par les Égyptiens eux-mêmes.

En cas de succès, le projet pourrait remplir les coffres de l’État, réaliser un coup scientifique et reconquérir la fierté nationale.

L’objectif est pourtant si ambitieux que de nombreux chercheurs parmi les meilleurs au monde insistent sur le fait que ce n’est même pas possible.

Gad, l’un des plus grands généticiens du pays, a été choisi pour diriger l’équipe.

Il a juste une chance de rassembler les histoires cachées au plus profond des os du roi.

Le tissu osseux est extrait d’une des momies retrouvées dans KV35. Vallée des rois, Egypte

LE TOMBEAU EST SEC ET CHAUD

En face se profile Hawass, qui scrute chaque geste de Gad.

L’équipe de tournage de Discovery est coincée dans le coin.

Gad tente de cacher ses nerfs.

Il sait que les autres doutent de ses capacités, et pour cause : il a peu de pratique pour travailler avec des momies.

De retour dans son laboratoire du Caire, il a toujours été supervisé par un tuteur étranger.

Mais sa première journée à tirer de l’ADN sans son professeur sera surveillée par le monde entier, et son sujet est la momie inestimable de Toutankhamon.

Insha’Allah, pense-t-il.

Alors que la caméra fait un zoom avant pour capturer chaque once de suspense, il insère son aiguille dans la forme fragile du pharaon.

Anubis, le gardien des morts à la tête de chacal, l’observe depuis le mur de la chambre funéraire.

Repousser les limites peut être une affaire dangereuse, comme Gad est sur le point de le savoir.

Quatre-vingt-six ans plus tôt, Le célèbre archéologue britannique Howard Carter a pénétré par effraction dans ces mêmes chambres en pierre, plongeant sa bougie dans l’obscurité pour découvrir son aperçu de ce qu’il a appelé les «choses merveilleuses» qu’il renferme.

Des tombeaux de pharaons avaient été découverts dans la Vallée des rois d’Égypte, mais ils étaient vides, pillés des siècles plus tôt, leurs occupants avaient été remballés et transférés ailleurs.

La tombe de Toutankhamon, cependant, était intacte.

Caché sous des débris d’inondations pendant trois millénaires, son contenu somptueux était intact: bijoux, vases, trônes et même des chars.

Ce fut la découverte archéologique la plus spectaculaire de tous les temps.

Les médias du monde entier ont saisi l’histoire.

Les dépêches de journaux suivaient avec impatience les progrès de Carter, qui pénétrait dans la chambre funéraire de la tombe pour trouver des sanctuaires dorés, des cercueils ornés de bijoux, et enfin la momie du roi lui-même.

Des millions de par le monde, érudits comme laïcs, étaient déjà fascinés par les statues, les temples et les pyramides de l’Égypte ancienne, mais les trésors de la tombe de Toutankhamon faisaient sensation.

Ses liens religieux étaient aussi saisissants que l’histoire et les trésors de Toutankhamon.

Étant donné le rôle éminent de l’Égypte ancienne dans l’Ancien Testament, avec des personnages tels que Moïse et Joseph décrits comme étant proches de la famille royale, Toutankhamon était perçu comme un moyen de mieux connaître les événements relatés dans la Bible; un pont entre la mythologie et le fait historique.

Beaucoup ont considéré les Égyptiens comme les fondateurs de la civilisation, ceux qui détiennent la clé du début de toute l’entreprise humaine.

Toutankhamon régna vers 1300 avant notre ère, pendant la chute de la riche et puissante 18e dynastie.

Son prédécesseur avait rejeté les dieux traditionnels égyptiens pour devenir le premier monothéiste connu de l’histoire, vénérant uniquement le Soleil.

Mais au-delà de la connaissance que Toutankhamon avait inversé ces changements avant de mourir mystérieusement sans héritiers, on en savait peu: les dirigeants suivants tentèrent d’effacer de l’histoire les épisodes hérétiques de la dynastie.

La découverte de Carter promettait un aperçu de cette histoire trouble, mais les années 1920 furent une période difficile pour l’Égypte.

La Grande-Bretagne, dernière d’une longue lignée d’occupants, venait d’accorder au pays une indépendance limitée sous le roi dictatorial Fouad.

La valeur matérielle inimaginable de la course de Carter a exacerbé les tensions entre les archéologues occidentaux, qui s’étaient laissés emporter par les trésors de l’Égypte depuis un siècle, et les Égyptiens eux-mêmes, qui commençaient à revendiquer une propriété de leur patrimoine et de leur pays.

Peu de temps après que Carter eut ouvert le sarcophage du roi, Carter et les responsables des antiquités s’enfermèrent délibérément dans la tombe, laissant le lourd couvercle de sarcophage en granit suspendu de manière précaire à la momie du pharaon.

Le conflit ne s’achève qu’après une âpre bataille juridique au cours de laquelle Carter est exclu de la tombe pendant près d’un an.

Howard Carter inspecte une momie

Une fois que Carter est revenu, son équipe a finalement commencé à étudier la momie.

Les spéculations sur l’histoire et l’arrière-plan de Toutankhamon se sont multipliées.

Était-il jeune? Vieux? Comment est-il décédé? Certains érudits se sont même demandé si Toutankhamon pourrait être le pharaon de l’Exode, qui a pourchassé Moïse et les Israélites vers la mer Rouge.

En novembre 1925, pendant plus de huit jours méticuleux, l’équipe de Carter découvrit Toutankhamon.

Alors qu’ils retiraient les bandages, ils trouvèrent une forêt de bijoux: bagues, bracelets joncs, amulettes et plus, destinés à faciliter le passage du roi dans l’au-delà.

Mais même si le trésor de Toutankhamon était intact, son corps était en mauvais état.

Les embaumeurs avaient versé d’énormes quantités d’huiles et de résines sur le pharaon au moment de son enterrement.

Ces produits chimiques, combinés à des milliers d’années dans un cercueil humide, avaient laissé la chair et les bandages horriblement carbonisés.

Les autopsies étaient des affaires assez limitées à l’époque de Carter, mais lui et ses collègues ont mesuré les os de la momie et examiné le corps à la recherche de blessures.

Ils ont déterminé qu’il était mort jeune, vers l’âge de 18 ans.

La forme de son crâne laissait également supposer qu’il était étroitement apparenté à un pharaon anonyme découvert enterré à proximité, dans une tombe controversée appelée KV55.

Mais c’était tout ce qu’ils pouvaient glaner.

Pour aller au fond de l’histoire de la famille de Toutankhamon, il faudrait inventer de nouvelles technologies et découvrir de nouvelles sciences.

AUJOURD’HUI, L’ETAT D’UTAH berce un immense lac salé, le plus grand du genre au monde.

Il y a 80 millions d’années, il s’agissait d’une vaste mer intérieure.

Les animaux préhistoriques qui sillonnaient ses rivages ont été immortalisés dans des gisements de charbon jusqu’à attirer l’attention de Scott Woodward, microbiologiste de l’université Brigham Young située à proximité.

En 1994, son équipe a publié une revendication dans la prestigieuse revue Science qui semblait ouvrir un passage dans le passé presque aussi spectaculaire que le moment où Carter s’introduisit dans la tombe de Toutankhamon.

Ils avaient récupéré quelques fragments d’ADN d’os appartenant probablement à un dinosaure.

Woodward, une étoile montante au visage enfantin et au sourire lycéen, avait utilisé une nouvelle technique révolutionnaire appelée réaction en chaîne de la polymérase (PCR) pour lire les gènes fossilisés.

La réaction fonctionne comme un photocopieur d’ADN, s’accrochant à une séquence cible de matériel génétique, puis la multipliant des milliers, voire des millions de fois: assez pour l’étude, pas seulement pour la spéculation.

L’ADN se dégrade avec le temps, mais les scientifiques en trouvaient maintenant des traces, des plantes préhistoriques aux insectes conservés dans l’ambre.

L’étude de Woodward les a tous dépassés.

Tandis que Woodward séduisait le monde, au Caire, Gad, chercheur postdoctoral au Centre national de recherche égyptien, venait d’apprendre à utiliser le PCR et prenait de plus en plus conscience de ses possibilités.

Son laboratoire avait été l’un des premiers en Égypte à proposer des empreintes ADN, qui affinent des régions spécifiques du génome dont on sait qu’elles varient d’un individu à l’autre, et qui sont souvent utilisées en médecine légale.

Si une trace de sang ou de sperme était trouvée sur une scène de crime, les scientifiques pourraient utiliser la PCR pour amplifier l’ADN, puis utiliser les empreintes digitales pour identifier un suspect.

Le laboratoire de Gad traitait principalement de cas de paternité et de différends liés à l’immigration, mais il souhaitait faire autre chose: utiliser la PCR pour étudier ses ancêtres.

Les pharaons, dont les cellules regorgeaient probablement de secrets sur les origines de l’homme, se sont retrouvés tout près dans le célèbre musée égyptien.

Mais l’ADN ancien est un domaine difficile à pénétrer.

Les échantillons étant facilement contaminés par du matériel moderne, le travail nécessiterait un laboratoire spécialisé dédié à l’étude de spécimens anciens.

Gad et ses collègues ont été confrontés à une énigme.

Ils ne pourraient pas obtenir de financement pour un tel laboratoire sans une expérience professionnelle dans le domaine, mais ils ne pourraient pas obtenir une expérience sans un laboratoire.

Woodward, quant à lui, travaillait déjà en Égypte.

En 1991, il avait commencé à utiliser la PCR pour isoler l’ADN de momies découvertes dans un cimetière paléochrétien à Faiyum, une oasis à 80 km au sud-ouest du Caire.

Deux ans plus tard, il passa à six momies intrigantes au musée égyptien.

Les radiographies ont révélé que leur cou était brisé: très probablement, ils avaient tous été pendus.

En utilisant l’ADN des os, Woodward découvrit qu’ils représentaient trois générations de la même famille condamnée.

Ayant prouvé ses capacités, Woodward est passé de ces momies anonymes aux pharaons.

Pourquoi travailler avec des inconnus alors qu’il pourrait reconstruire l’ADN d’un ancien roi égyptien ?

L’équipe de Woodward a pris une pause en 1993 après une série de reportages cinglants révélant que les momies royales du musée égyptien étaient moisies.

Alors que le personnel déplaçait les momies dans de nouveaux cas à contrôle climatique, les chercheurs de Brigham Young ont eu la chance de récupérer des morceaux de tissu qui se sont détachés.

Avec une équipe de documentaires du radiodiffuseur américain PBS, Woodward a prélevé ces échantillons, puis les a choisis parmi une sélection des rois et reines de la 18e dynastie du musée, ainsi que sur deux foetus momifiés trouvés dans la tombe de Toutankhamon, puis les a ramenés en Utah pour des tests en laboratoire.

Il espérait que l’ADN indiquerait si les fœtus étaient les filles mortes du roi et si la consanguinité avait contribué à son absence d’héritiers vivants.

Mais avant que Woodward puisse prélever un échantillon de Toutankhamon lui-même, son projet a pris fin brutalement.

Selon le Secrets des pharaons documentaire, que PBS a finalement diffusé en 2000, les autorités ont estimé que Toutankhamon était trop précieux pour être dérangé.

Les égyptologues sont toutefois largement convaincus que le projet a été arrêté en raison d’inquiétudes quant à la motivation ultérieure.

Biologiste pionnier, Woodward était également un membre éminent de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, plus connue sous le nom de Mormons.

Les Mormons croient qu’une tribu oubliée de Juifs, descendants du biblique Joseph, qui vivait en Égypte et était proche de la famille royale, a quitté Jérusalem pour le Nouveau Monde en 600 avant JC et est devenue l’ancêtre des Amérindiens.

(Cette croyance contraste avec les preuves de l’ADN disponibles, qui suggèrent que les ancêtres amérindiens sont venus d’Asie il y a environ 15 000 ans.)

Les mormons croient également que s’ils baptisaient leurs parents décédés, ceux qui vivaient avant l’établissement de l’église et qu’ils n’ont donc jamais eu la possibilité d’entendre l’évangile mormon, les esprits de ces ancêtres peuvent aller au paradis.

Cela a amené l’Église mormone à investir des sommes considérables dans la recherche généalogique, car les croyants parcourent le monde à la recherche d’ancêtres qu’ils peuvent convertir à titre posthume.

Plusieurs des plus grands sites Web de généalogie sont liés à, ou appartiennent à, l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, y compris Ancestry.com et FamilySearch.

Des recherches conduites par des chercheurs mormons sur un milliard de noms sont conservées dans le Granite Mountain Records Vault, une archive climatisée enfouie au bord d’un canyon situé à une quinzaine de kilomètres de Salt Lake City.

Les tests génétiques sont un moyen d’accélérer ce processus, permettant aux membres de l’église d’établir des liens ancestraux sans le processus interminable de recherche d’arbres généalogiques.

Mais alors que l’église encourage ses membres à ne baptiser que des ancêtres directs, certains fidèles sont allés beaucoup plus loin.

Les groupes juifs, par exemple, sont devenus furieux en 2012 quand il est apparu que certains mormons baptisaient par procuration des victimes de l’Holocauste, dont Anne Frank.

Parmi les autres personnalités baptisées par procuration figurent Daniel Pearl, journaliste juif exécuté par Al-Qaïda au Pakistan en 2002, et même Adolf Hitler.

Ainsi, la présence de Woodward et d’une équipe de Brigham Young, une université mormone qui porte le nom de l’un des premiers dirigeants du mouvement, a fait naître des suspicions quant à la possibilité de rechercher des ancêtres lointains qu’ils pourraient convertir à leur religion.

Un égyptologue de renom m’a parlé du travail de Woodward à Faiyum sous le couvert de l’anonymat: on avait l’impression qu’ils voulaient baptiser les corps.

Les recherches de Woodward sont devenues encore plus controversées à mesure qu’il se rapprochait des momies royales.

Cherchait-il des ancêtres là aussi?

Aurait-il eu l’intention de convertir les pharaons?

Woodward dirige maintenant une organisation appelée Sorenson Molecular Genealogy Foundation, qui associe des arbres généalogiques à un profil ADN et étudie les origines génétiques des Amérindiens.

Il n’a pas répondu à mes demandes d’interview et n’a jamais commenté publiquement pourquoi son travail a été écourté.

Il est simpliste d’attribuer des motivations purement religieuses au travail de Woodward.

Après tout, vraisemblablement, il n’était pas à la recherche d’âmes à convertir alors qu’il étudiait les os de dinosaures.

Mais compte tenu des croyances mormones, il n’est pas surprenant que des critiques comme Ahmed Saleh, un Égyptien qui travaille pour le service des antiquités, voulaient que les pharaons restent seuls.

Comme Saleh s’est plaint de Egypte aujourd’hui en 2005: ils essaient de dire que notre histoire égyptienne leur appartient.

 

LA POSSIBILITE QUE Les chercheurs mormons essayaient de convertir les anciens, ce qui constituait une menace particulière pour le sentiment d’indépendance de l’Égypte, mais il est vite devenu évident que les Égyptiens n’étaient pas les seuls à s’inquiéter: c’était tous des étrangers.

En 2000, Sakuji Yoshimura, directeur respecté de l’Institut d’égyptologie de l’Université de Waseda au Japon, a obtenu l’autorisation du service des antiquités d’Égypte de tester l’ADN de Toutankhamon.

Il espérait déterminer la lignée du roi en comparant son code génétique à celui de plusieurs autres momies royales considérées comme ses relations.

Mais le projet de Yoshimura a également été annulé, une heure seulement avant le jour où il devait prélever ses échantillons dans la Vallée des rois.

L’excuse donnée par les autorités était brève et vague: des raisons de sécurité.

La presse a rapporté que l’idée que quiconque teste les momies, même une équipe aux compétences irréprochables, ait provoqué la colère en Égypte.

Les critiques se sont plaints du fait que les étrangers se mêlaient encore une fois du patrimoine de leur pays, en tentant cette fois de modifier la vision établie des pharaons et de leur succession.

Zahi Hawass, qui était alors responsable des grandes pyramides de Gizeh, était l’un des opposants au projet. Hawass a déclaré à un journal local qu’il refusait d’autoriser des tests ADN sur les os de momies de Gizeh, car certaines personnes tentent d’altérer l’histoire égyptienne.

Une telle réponse est peut-être compréhensible après des décennies d’ingérence d’étrangers, mais cela n’en fait pas nécessairement une menace pour la sécurité.

Il semble que la plus grande crainte, comme dans le cas de Woodward, soit autre chose: ce que les résultats de données génétiques pourraient montrer sur les origines de Toutankhamon.

L’éditeur de Archéologie Le magazine Mark Rose a rapporté en 2002 que le travail avait été annulé « de crainte que les résultats ne renforcent l’association entre la famille de Toutânkhamon et le Moïse biblique ».

Un égyptologue étroitement lié au service des antiquités, qui me parle à condition de l’anonymat, a déclaré: « On craignait que les pharaons soient juifs. »

Plus précisément, si les résultats montraient que Toutankhamon partageait l’ADN avec des groupes juifs, il était à craindre que cela puisse être utilisé par Israël pour faire valoir que l’Égypte faisait partie de la Terre promise.

Cela peut sembler une notion étrange, mais étant donné le contexte de l’histoire du Moyen-Orient, cela est compréhensible.

L’Égypte a récemment mené plusieurs guerres contre Israël et en a perdu la plupart, des territoires tels que la bande de Gaza et la péninsule du Sinaï tombant sous le contrôle de Tel-Aviv.

Israël a même traversé le canal de Suez sur le continent égyptien pendant la guerre du Kippour en 1973.

L’antipathie est profonde.

Chaque année, le 6 octobre, le Caire s’anime avec drapeaux, feux d’artifice et avions de combat lors d’une grande fête militaire dirigée directement vers les voisins juifs de l’Égypte.

Pour de nombreux Égyptiens, il est difficile de gérer le fait que leurs rois les plus célèbres puissent partager un patrimoine commun avec leurs ennemis.

Cependant, la possibilité que Toutankhamon puisse partager une partie de son ADN avec d’anciennes tribus juives n’est pas exagérée, affirme Salima Ikram, égyptologue et spécialiste des momies à l’université américaine du Caire.

Après tout, la famille royale aurait peut-être partagé des gènes avec d’autres personnes originaires de la même région du monde.

«Il est fort possible que vous trouviez des souches d’ADN sémitiques dans les pharaons», dit-elle.

«Chrétiens, juifs, musulmans, ils provenaient tous d’un pool de gènes similaire à l’origine.»

Le spectacle archéologique moderne que Zahi Hawass a maîtrisé

Malgré une enfance modeste dans une région rurale égyptienne, Hawass étudia à Alexandrie et au Caire avant d’obtenir son doctorat à l’Université de Pennsylvanie.

À partir de là, l’égyptologue ambitieux s’est levé pour prendre en charge le plateau de Gizeh, qui abrite les pyramides.

Il s’est avéré être une force de modernisation en présentant le premier plan de gestion de site de Gizeh, comprenant des barrières d’entrée, des centres d’information et des efforts de conservation.

Plus controversé, il a également joué dans une série de documentaires télévisés, dont des émissions en direct pour Fox, où il a ouvert des cercueils pour les caméras et envoyé un robot dans la Grande Pyramide pour percer une mystérieuse porte de pierre.

Son enthousiasme pour les momies et les tombes a éliminé le snobisme d’un sujet potentiellement ésotérique et il a forgé son image avec soin, toujours souriant, portant toujours son chapeau d’Indiana Jones.

Ses exploits ont contrarié nombre de ses collègues de la communauté archéologique, qui l’ont accusé d’avoir laissé tomber le sujet et d’avoir poursuivi les audiences au détriment d’une science minutieuse.

Point crucial, cependant, il avait le soutien du président Moubarak, et son énergie et sa conviction captivaient les téléspectateurs du monde entier.

Pour les millions de téléspectateurs, c’était la première fois qu’ils apprenaient l’histoire de l’Égypte ancienne d’un Egyptien.

Et quels que soient ses défauts, disent ses partisans, Hawass donna aux Egyptiens une fierté de leur héritage qu’ils n’avaient jamais ressentie auparavant.

En 2002, deux ans après que Yoshimura eut la chance de tester l’ADN royal, Hawass fut nommé à la tête de l’agence des antiquités.

Il a réprimé la corruption et a élargi ses plans de gestion de site et ses efforts de conservation.

Le travail à la télévision s’est poursuivi: il s’est associé à des sociétés de médias américaines pour présenter des documentaires dramatiques portant des noms tels que Secrets des pyramides et Quête du pharaon perdu.

Il est devenu une superstar archéologique.

Pour Gad, désireux d’étudier les momies royales, mais ayant vu la mauvaise presse engendrée par les tentatives précédentes, la nomination de Hawass avait été un coup dur.

Hawass s’était toujours opposé de manière virulente aux tests ADN sur des momies.

Avec lui, la perspective de rechercher les pharaons semblait plus éloignée que jamais.

En fait, Hawass commençait à comprendre que les études scientifiques sur les momies avaient un grand potentiel: non seulement intellectuelles, mais financières.

Les documentaires avaient confirmé l’énorme besoin d’informations sur l’Égypte ancienne parmi les téléspectateurs internationaux.

Les radiodiffuseurs américains étaient prêts à payer des millions de dollars pour de nouvelles histoires dramatiques, tandis que leurs programmes augmentaient également les revenus des touristes.

Malheureusement, il était difficile de continuer à inventer d’importantes découvertes archéologiques pour les caméras, et la découverte étonnante de Carter en 1922 n’a jamais été répétée. Hawass réalisa que les études scientifiques constituaient la prochaine frontière.

Les techniques en évolution rapide telles que les tests ADN et les tomodensitogrammes (qui utilisent des rayons X pour sonder des objets) offrent le potentiel de nouvelles révélations presque à la mesure.

Pour obtenir un soutien politique et populaire chez lui, Hawass savait que des scientifiques étrangers ne pourraient pas effectuer ce travail: l’Égypte avait subi trop de décennies de contrôle de son héritage antique par les Occidentaux.

Au lieu de cela, le travail serait payé par des sociétés de médias étrangères, mais effectué par des équipes locales avec des Egyptiens au pouvoir.

Hawass a décidé de commencer avec les momies royales.

Il enquêterait sur leurs relations familiales et leurs causes de décès plutôt que sur leurs origines ethniques politiquement sensibles.

En ressuscitant ces personnages et leurs familles enchevêtrées, il pourrait créer un feuilleton glamour du passé.

En 2004, Hawass a approuvé un projet de plusieurs millions de dollars visant à scanner les momies, financé par la chaîne National Geographic.

La première cible était Toutankhamon.

Le documentaire résultant, Les derniers secrets du roi Tut, a été diffusé en mai 2005 et incluait l’affirmation dramatique selon laquelle Toutankhamon aurait succombé après un accident à la jambe.

Le film n’était que le début cependant.

Les résultats des scans, y compris une reconstitution du visage du roi, ont constitué la conclusion d’une exposition itinérante géante sur ses trésors.

Il a été visité par près de huit millions de personnes dans le monde et a battu des records au box-office.

La tournée a fait d’énormes profits, l’Egypte ayant reçu plus de 100 millions de dollars et déclenché une explosion de « Tutmania » dans le monde entier.

Le président Moubarak et son gouvernement ont été impliqués à chaque étape du processus.

Le ministre égyptien de la Culture a personnellement annoncé les résultats du scanner. Et lors de la visite de Toutankhamon en Allemagne, l’exposition a été inaugurée par le président lui-même.

Encouragé, Hawass passa aux empreintes génétiques.

Il dit avoir fait une offre aux sociétés de médias : construire un laboratoire d’ADN ultramoderne dans le sous-sol du musée égyptien du Caire et obtenir le droit de filmer un documentaire sur la recherche.

Cette fois, Discovery Channel a battu National Geographic, offrant plus de 5 millions de dollars pour le laboratoire.

Maintenant, tout ce dont Hawass avait besoin était un Égyptien pour le diriger.

Traitement de l’ADN du roi Toutankhamon dans un laboratoire

En 2005, quelques mois après une élection factice qui a vu Moubarak revenir pour son cinquième mandat avec plus de 90% des suffrages, Gad a été nommé à la tête de l’équipe chargée de collecter le code génétique de Toutankhamon.

Il y avait juste un problème: il n’avait jamais travaillé sur d’anciens échantillons d’ADN – personne en Égypte ne l’avait fait.

Ainsi, les producteurs de Discovery ont fait appel à Angelique Corthals, anthropologue légiste et égyptologue, basée au Centre KNH d’égyptologie biomédicale de Manchester, au Royaume-Uni, pour l’apprendre.

Le laboratoire construit pour le projet, situé sous les hautes salles d’exposition poussiéreuses du musée égyptien, est un réseau de salles souterraines futuristes aux sols brillants, aux rayons UV et aux murs stérilisés: Corthals l’appelle «la grotte des chauves-souris».

En juin 2006, elle et l’équipe de Gad l’ont dotée du matériel scientifique nécessaire, notamment d’un séquenceur d’une valeur d’un demi-million de dollars et du dernier kit médico-légal d’extraction et d’amplification de l’ADN.

«Le budget était incroyable», m’a-t-elle dit plus tard.

« Nous pourrions commander ce que nous voulions. »

Ensuite, elle leur a montré comment extraire un ADN ancien en utilisant la «technique de la fenêtre»: couper un tampon de bandelettes, de peau et de chair d’une momie, avant d’utiliser une aiguille à biopsie, une perceuse à manivelle entourée d’un tube creux pour récupérer un échantillon. d’os en poudre.

Ensuite, la fiche carrée est replacée dans le trou: correctement, les dégâts sont à peine visibles.

L’équipe de novices a appris les techniques en cours de route alors qu’elle se lançait dans son premier projet pour Discovery: la recherche d’Hatshepsut, l’une des rares femmes pharaons, dont la momie n’avait jamais été retrouvée.

L’idée était de tester l’ADN de restes anonymes de la Vallée des rois, qui pourraient être Hatchepsout, et de les comparer à des membres connus de la famille royale.

En quelques mois à peine, Corthals et Gad avaient établi un lien très timide entre deux des momies.

La vitesse vertigineuse du tournage signifiait qu’il n’y avait aucune chance de confirmer les résultats: les indices préliminaires étaient suffisants pour le documentaire de Discovery, Les secrets de la reine égyptienne perdue et une histoire de couverture dans National Geographic.

Avec Hatchepsout à l’écart, Discovery poussa l’équipe : il était temps de passer à Toutankhamon lui-même.

Le plan était de créer un arbre généalogique royal en testant Toutankhamon, ainsi que dix autres momies potentiellement apparentées.

Il s’agissait du pharaon sans nom de la tombe KV55 et des deux foetus de la tombe de Toutankhamon.

Gad a échantillonné la plupart de ces momies dans la salle de biopsie située sous le musée, avec l’aide de Corthals.

Toutankhamon, cependant, était toujours dans sa tombe, 300 milles plus loin dans la vallée des rois.

Extraire des échantillons d’os de sa momie serait une scène charnière dans le prochain film de Discovery.

Pour éviter les critiques selon lesquelles il vendait les secrets des pharaons à des étrangers, Hawass décida que pour ce moment clé, l’équipe qui pénétrerait dans la tombe de Toutankhamon devrait être entièrement égyptienne.

Corthals resterait au Caire en regardant une vidéo en direct et, pour la première fois de son entrainement ultra-rapide, Gad serait seul.

LE MATIN DU 24 FÉVRIER 2008, il était temps d’entrer dans la tombe du pharaon.

«On pouvait sentir la tension monter, monter, monter chez tout le monde», m’a raconté Gad.

S’il appliquait trop de pression avec l’aiguille de biopsie, l’un des os fragiles de Toutankhamon pourrait facilement se casser.

« Mais j’ai mis ma foi en Dieu, et nous l’avons fait. »

Deux heures et demie plus tard, 15 échantillons d’os minuscules provenant de sites éparpillés dans chacune des jambes du roi avaient été déposés en toute sécurité dans de petits tubes en plastique.

Quand Gad eut fini, Corthals demanda un gros plan du lien vidéo.

Les fragments semblaient carbonisés et pas aussi propres que les échantillons qu’ils avaient prélevés chez les autres momies.

Toutankhamon ne serait pas une momie facile à gérer.

Pour déterminer le lien de parenté entre les momies royales, l’équipe a maintenant passé à l’amplification de fragments d’ADN mitochondrial, transmis dans la lignée maternelle, ainsi qu’à l’ADN du chromosome Y, déterminant de l’homme, qui va de père en fils.

Cependant, l’objectif principal était l’empreinte génétique, spécialité de Gad, sur l’ADN hérité des deux parents.

Malheureusement, au cours des millénaires, des résines noires et d’autres matériaux utilisés dans le processus d’embaumement se sont infiltrés dans les os des momies.

Les effets ont été particulièrement néfastes pour Toutankhamon, dont les embaumeurs avaient versé tant de seaux d’onguent sur sa momie que celle-ci avait été retrouvée collée au fond de son cercueil.

Ces impuretés se sont accrochées à l’ADN du roi, bloquant les réactions chimiques et rendant les échantillons noirs.

Il a fallu six mois pour comprendre comment éliminer les contaminants et préparer les échantillons pour analyse.

Enfin, l’équipe a obtenu son premier résultat de la part du roi garçon: un extrait du chromosome Y de Toutankhamon.

Aujourd’hui, Gad dit qu’il ne se souvient plus du moment où ils ont réalisé qu’ils obtenaient leurs résultats.

La version dont il se souvient est celle que l’équipe a reproduite plus tard pour les caméras de télévision: un gros plan de pics colorés sur un écran d’ordinateur suivi de sourires et d’acclamations, et des membres de l’équipe serrant des mains gantées de blanc.

 

Trois momies bien emballées

Les grandes colonnes du musée égyptien au Caire sont généralement dominés par des statues géantes en pierre et des sarcophages disposés à effet dramatique.

Mais le 17 février 2010, toute l’attention s’est concentrée sur trois momies bien emballées.

Derrière eux, quatre hommes étaient assis en rangée, la tête à peine visible au-dessus d’une forêt de microphones portant les logos des chaînes de télévision mondiales.

Gad et l’équipe ont eu des nouvelles passionnantes pour les journalistes en attente.

Après avoir amplifié l’ADN de chaque momie testée, ils ont construit un arbre généalogique de cinq générations.

L’équipe a déclaré que la momie anonyme KV55 était en réalité le père de Toutankhamon, le révolutionnaire Akhenaton, alors que les foetus étaient très probablement ses filles.

Mais la révélation la plus stupéfiante est le secret qui a caché la 18ème dynastie: les parents de Toutankhamon étaient frères et sœurs.

Hawass a veillé à ce que cette annonce soit accompagnée d’une campagne éclair dans les médias, y compris un document de recherche publié dans le très estimé Journal de l’American Medical Association et une émission spéciale de quatre heures sur Discovery Channel appelée King Tut Unwrapped.

Il a ensuite pris les pages de National Geographic jouer de l’ancien feuilleton.

L’union entre Akhenaton et sa sœur «a jeté les bases de la mort prématurée de leur fils», a-t-il écrit.

« La santé de Toutankhamon a été compromise à partir du moment où il a été conçu. »

L’équipe n’a publié aucune information sur les origines raciales ou ethniques des momies, affirmant que les données sur la question étaient incomplètes.

Mais cela n’a pas empêché les autres de spéculer.

La société de généalogie suisse nommée IGENEA a publié un communiqué de presse basé sur une capture d’écran floue tirée du documentaire Discovery.

Il a affirmé que les pics colorés sur l’écran de l’ordinateur prouvaient que Toutankhamon appartenait à une lignée ancestrale, ou haplogroupe, appelée R1b1a2, rare dans l’Egypte moderne mais commune chez les Européens de l’Ouest.

Cela a immédiatement conduit les groupes néo-nazis à affirmer que le roi Toutankhamon était «blanc», y compris des vidéos YouTube portant des titres tels que Résultats de l’ADN aryen du roi Toutankhamon, tandis que d’autres ont condamné avec colère la revendication entière comme un canular raciste.

Cela a de nouveau joué dans la bataille de longue date sur les origines raciales du roi.

Alors que certains s’inquiétaient d’une relation juive, la question de savoir si le roi était noir ou blanc a enflammé les fanatiques du monde entier.

Des groupes d’extrême droite ont utilisé les données des groupes sanguins pour affirmer que les anciens Égyptiens étaient en réalité nordiques, tandis que d’autres avaient désespérément besoin de définir les pharaons comme des Noirs africains.

Une exposition des trésors de Toutânkhamon dans les années 1970 a déclenché des manifestations, arguant que son héritage africain était nié, tandis que la tournée de 2005 a été frappée par des manifestations à Los Angeles, lorsque les manifestants ont soutenu que la reconstruction du visage du roi construite à partir de données CT scan n’était pas suffisamment « noire ».

Pour IGENEA, toute cette affaire était liée à un exercice de marketing.

Il semble n’avoir eu accès aux données elles-mêmes qu’à un instantané d’un écran d’ordinateur dans une émission de télévision, et pourtant la société annonce maintenant un projet ADN Toutânkhamon, qu’elle décrit comme une recherche des « derniers parents vivants » du pharaon.

L’entreprise offre une variété de tests d’ADN en ligne coûtant jusqu’à 1 500 $.

Si votre profil correspond à celui du petit roi, vous récupérez votre argent.

Gad refuse même de dire si l’analyse d’IGENEA de l’ADN montré dans le documentaire est correcte. « Ce n’est pas, dit-il, comment la science doit être transmise. »

Existe-t-il dans l’histoire une culture à laquelle tant de gens sont si désireux de prétendre, que ce soit pour des raisons financières ou politiques ?

« Posséder » les pharaons, semble-t-il, signifie établir une place privilégiée dans l’histoire pour être les fondateurs de la civilisation.

Peu importe que les anciens Égyptiens étaient presque certainement un groupe ethnique mixte.

 

Elles sont devenues un miroir pour tous ceux qui les regardent, concentrant et reflétant les batailles et les préjugés d’aujourd’hui.

L’annonce triomphale de Hawass et Gad au sujet de la famille de Toutankhamon a déclenché une couverture médiatique enthousiaste dans le monde entier.

Mais ce que les journalistes n’ont pas rapporté, c’est que dans les coulisses, le domaine de l’ADN ancien était enfermé dans un conflit amer.

Quelques mois plus tard, le Journal of the American Medical Association publiait une courte lettre d’Eske Willerslev et d’Eline Lorenzen au Center for GeoGenetics à Copenhague, au Danemark, l’un des laboratoires d’ADN les plus respectés au monde.

Les résultats de Gad – et sa réputation – ont été déchiquetés.

« Dans la plupart des restes égyptiens anciens, sinon tous, l’ADN ne survit pas à un niveau qui est actuellement récupérable « , a écrit le couple.

« Nous mettons en doute la fiabilité des données génétiques présentées dans cette étude et donc la validité des conclusions des auteurs. »

En gros, ça veut dire : « Nous n’en croyons pas un mot. »

Après les débuts enivrants de l’ancien champ de l’ADN dans les années 1980 et au début des années 1990, la chute n’a pas été longue.

La PCR s’est révélée extrêmement sensible à la contamination, bien plus que ce que l’on pensait au départ.

Toute trace d’ADN moderne dans l’environnement – un grain de poussière, une cellule cutanée, une goutte de sueur – pourrait éclipser tout ADN ancien présent et fausser les résultats.

Au fil des études, d’autres analyses ont révélé que bon nombre des gènes que les chercheurs avaient signalés avec tant de fierté n’étaient pas du tout anciens.

L’ADN d’un dinosaure de 80 millions d’années de Woodward ?

Elle appartenait en fait à un humain moderne.

Les chercheurs ont dû repartir à zéro, avec des techniques et des contrôles incroyablement stricts.

Certains experts ont refusé d’étudier du tout les momies humaines, arguant qu’avec les techniques disponibles, il ne serait jamais possible de savoir avec certitude que les échantillons n’avaient pas été contaminés par des personnes qui avaient déjà manipulé les momies, ou par les chercheurs eux-mêmes.

Ils se sont plutôt intéressés à d’autres espèces – épaulards, pingouins, ours des cavernes – dont l’ADN est moins susceptible de flotter autour d’un laboratoire.

D’autres scientifiques estimaient toutefois que la réaction négative était allée trop loin.

Ils ont continué à travailler avec des momies humaines et à publier l’ADN qu’ils ont amplifié.

Le domaine se divisait en deux camps – les sceptiques et les croyants – qui publiaient dans différentes revues, assistaient à différentes conférences, et refusaient de se parler.

Des chercheurs des plus grands laboratoires, dont Willerslev et Lorenzen, étaient dans le camp des sceptiques.

Beaucoup de gens liés au Musée égyptien étaient croyants.

Les études sur les momies égyptiennes ont été les plus controversées de toutes, car l’ADN se dégrade rapidement à haute température.

Bien qu’il soit possible de prélever l’ADN de spécimens congelés beaucoup plus anciens, tels que des mammouths, les sceptiques ont soutenu que le matériel génétique de Toutânkhamon et de ses proches n’aurait pas pu survivre 3 000 ans dans les déserts chauds de l’Egypte.

Loin de découvrir les secrets des pharaons, Gad et son équipe avaient été trompés par la contamination croisée avec l’ADN moderne.

Bien que Gad et son équipe portaient des gants et des masques pour travailler sur Toutankhamon, aucun archéologue n’avait jamais fait de même – de ceux qui l’avaient déballé en 1925 à ceux qui lui avaient fait subir son scanner quelque 80 ans plus tard. « Tom Gilbert, qui dirige deux groupes de recherche au Centre de géogénétique, m’a dit :  » C’est une voie classique de contamination « .

L’équipe de Gad avait utilisé d’autres mesures de protection, y compris la répétition de certains de leurs résultats dans un deuxième laboratoire.

Mais les critiques ont répliqué que l’équipe n’avait pas publié ses données brutes et n’avait pas séquencé une grande partie de l’ADN qu’elle avait amplifié.

Lorenzen, l’un des auteurs de la lettre qui a attaqué le travail de Gad, m’a dit : « Lorsque vous travaillez avec des échantillons si bien connus, il est important de convaincre les lecteurs que vous avez les bonnes données. Je ne suis pas convaincu. »

Elle dit qu’elle s’est sentie obligée de s’exprimer après avoir vu l’énorme couverture médiatique des résultats obtenus, déplorant que ce qu’elle considérait comme des conclusions erronées serait maintenant enseigné à l’école .

D’autres scientifiques éminents ont partagé ses préoccupations.

L’étude « pourrait faire beaucoup mieux », s’est plaint Svante Päääbo de l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutionnaire de Leipzig, en Allemagne, l’un des fondateurs du domaine de l’ADN ancien.

Ian Barnes, expert en survie de l’ADN ancien à l’Université de Londres, a déclaré qu’il serait « extrêmement prudent » dans l’utilisation des données.

Gilbert, de GéoGénétique, était plus brutal. « J’ai abandonné sur le terrain il y a longtemps », dit-il. « C’est plein de conneries. »

Gad et ses collègues avaient subi d’intenses pressions de la part de Discovery et du puissant Hawass pour obtenir des résultats à partir d’échantillons incroyablement difficiles.

Avaient-ils regardé dans un mélange de données désordonnées et de contamination et imaginé les relations familiales qu’ils voulaient si désespérément voir ?

L’équipe a insisté sur le fait que leurs résultats étaient réels.

Ils n’ont pas pu le prouver, mais ils étaient convaincus que les techniques élaborées d’embaumement utilisées par la royauté égyptienne ont dû aider à préserver l’ADN de la momie.

« Je ne comprends pas la dureté des gens « , dit Carsten Pusch, qui a rejoint l’équipe du Musée égyptien peu après le prélèvement des échantillons.

Il m’a raconté en détail les mois d’expérimentation minutieuse qu’il a fallu pour obtenir l’ADN des os des momies.

« Ces gens n’ont jamais travaillé avec des momies royales.

C’est un travail de pionnier. J’aimerais juste que tout le monde nous donne plus de temps. »

Le temps était la seule chose qu’ils n’avaient pas.

Gad était assis à son labo du Caire, alors que les manifestations à l’extérieur se sont intensifiées de jour en jour.

C’était en janvier 2011. Un mois plus tôt, un jeune commerçant de rue tunisien s’était brûlé vif pour protester contre la corruption de la police.

Les émeutes qu’il a déclenchées sont devenues une vague de défiance massive contre les régimes répressifs dans le monde arabe.

Peu d’analystes avaient prédit que l’Egypte deviendrait un foyer de manifestations, mais après 30 ans de règne étouffant de Moubarak, les frustrations des citoyens étaient féroces. D’énormes foules venaient protester contre la dictature.

Gad avait hâte de participer à la marche, mais il craignait de compromettre son travail.

S’il devait y avoir une révolution, il pensait qu’il pourrait mieux aider à construire une nouvelle Egypte s’il maintenait sa position d’influence.

Mais au matin du vendredi 28 janvier, il ne pouvait plus rester les bras croisés.

La journée promettait la plus grande manifestation à ce jour, puisque les prières du vendredi fourniraient un point de départ naturel pour les marches.

Gad est allé prier avec ses deux gendres dans une mosquée de la banlieue du Caire à Nasr City, puis il a marché huit kilomètres jusqu’à la place Tahrir.

Les événements de cette journée ont explosé au-delà des attentes de tout le monde.

Des centaines de milliers de personnes de tous horizons ont manifesté pour une Égypte démocratique, subissant de violentes attaques de groupes pro-gouvernementaux sous les yeux de soldats en chars.

La police a fondu. L’ordre normal a été suspendu.

Cette nuit-là, le musée égyptien, qui se trouve à proximité de la place Tahrir, a été cambriolé par des voleurs.

Les galeries contenant des objets de la tombe de Toutânkhamon et de la période environnante ont été les plus touchées, les vitrines ayant été écrasées et leur contenu projeté, brisé, sur le sol.

Les autorités ont affirmé que le saccage a été perpétré par des pillards opportunistes qui sont entrés par un puits de lumière en verre, mais le fait que le plafond ait une hauteur de trente pieds a alimenté des rumeurs selon lesquelles il s’agissait d’un travail interne, organisé par des partisans du gouvernement pour donner mauvaise image aux manifestants.

Si c’est le cas, la ruse s’est retournée contre lui : une fois le cambriolage devenu apparent, de jeunes manifestants ont formé une chaîne humaine autour du musée pour le protéger contre d’autres attaques.

Pendant que Gad se joignait aux protestations, Zahi Hawass restait fidèle au régime.

Au milieu du soulèvement, il a été récompensé par une promotion au Cabinet en tant que ministre d’État aux antiquités.

Le plus célèbre égyptologue du monde a nié à maintes reprises les informations selon lesquelles des objets inestimables étaient pillés dans tout le pays : rien ne manquait, où que ce soit, y compris au Musée égyptien, a-t-il dit.

« Tous les monuments égyptiens sont en sécurité « , a-t-il écrit dans une déclaration sur son blog le 2 février, ajoutant plus tard : « Je veux que tout le monde se détende. »

Ce qu’il fallait, a-t-il insisté, c’était un retour à l’ordre.

Il est apparu à la télévision étrangère en exprimant un fort soutien à Moubarak.

Quelques jours plus tard, le 11 février, M. Moubarak a démissionné de son poste de président et les militaires sont intervenus.

Hawass a été forcé d’admettre que les antiquités ont été pillées après tout, et sa position a commencé à s’effriter.

Ses détracteurs ont saisi leur chance, et il a rapidement fait face à une série d’accusations de vol d’antiquités et de corruption, qu’il a toutes niées.

En particulier, il a été attaqué pour ses projets Toutankhamon, accusé d’avoir illégalement autorisé le National Geographic à exposer les trésors de Toutânkhamon à l’étranger et d’avoir menacé la sécurité nationale en autorisant des chercheurs étrangers à étudier les momies royales.

Les dirigeants intérimaires subissaient déjà des pressions de la part des manifestants qui voulaient purger les restes du régime de Moubarak. En juillet 2011, Hawass a été licencié.

À l’automne, j’ai rencontré Gad dans le jardin verdoyant et ensoleillé de l’hôtel Marriott à Zamalek, un quartier aisé du Caire, où les serveurs scrupuleusement polis nous ont servi du thé glacé.

Gad, un petit homme d’une cinquantaine d’années, s’intègre parfaitement à ses manières courtoises et son sourire ironique.

Dans une culture où des personnalités comme Hawass ne tardent pas à faire connaître leurs attributs et leurs réalisations, Gad est différent.

Il est modeste et réfléchi, et lorsqu’il m’a décrit ses expériences, j’ai eu l’impression que son but n’était pas d’impressionner mais simplement de partager.

Il était plein d’excitation à propos de la révolution.

Il m’a montré des vidéos des affrontements sur son téléphone portable et des photos de son petit-fils, Ali, né dans une nouvelle Egypte deux heures seulement après le départ de Moubarak.

Alors que l’Égypte s’apprêtait à tenir les premières élections démocratiques de sa longue histoire, Gad était ravi de l’avenir de son pays.

Il a appelé 2011 « l’année de l’espoir ».

En ce qui concerne la recherche sur les momies royales, cependant, la révolution avait apporté des nouvelles catastrophiques.

Après le départ de Hawass, il est devenu évident que le service des antiquités avait d’énormes dettes, des centaines de millions de dollars dus à diverses banques.

L’argent qui avait afflué des expositions de Toutankhamon avait disparu.

L’homme qui avait défini l’archéologie en Égypte pendant plus d’une décennie n’était plus là, et une succession de ministres des antiquités éphémères sont arrivés, chacun apparemment incapable de faire face aux graves préoccupations financières ou d’endiguer le pillage continu des sites archéologiques à travers le pays.

Avec tant d’autres priorités et personne n’est clairement en charge, le travail sur le terrain des momies s’arrête.

Les scientifiques de l’équipe ont été mutés à d’autres postes.

Gad a pris un travail de bureau au Centre national de recherche, les étudiants dispersés à l’étranger et les plans de recherche de la momie de Néfertiti ont été mis de côté.

Hawass avait été la force motrice derrière les études de momie, et il avait payé un prix élevé.

Aujourd’hui, personne au service des antiquités ne s’intéressait à l’œuvre, ou n’était prêt à prendre le risque de l’approuver.

Pendant que nous parlions, j’ai pu voir que Gad était contrarié par les critiques de son travail, et convaincu que ses résultats étaient corrects.

Mais avec l’ancien labo ADN vide, il n’avait aucun moyen de le prouver.

Peut-être que le dieu crocodile Sobek, souriait à Gad.

Dans l’Antiquité, les Égyptiens embaumaient les reptiles comme offrandes à cette divinité féroce.

Des milliers d’années plus tard, des chercheurs de New York et de Floride ont sondé certains d’entre eux par PCR.

Et à l’étonnement des sceptiques de l’ADN des momies du monde entier, ils ont obtenu des séquences qui étaient sans doute des crocodiles.

Le travail, réalisé dans des conditions irréprochables, a été publié en octobre 2011, à peu près au même moment où j’ai rencontré Gad.

Elle a été rapidement suivie d’un rapport convaincant sur l’ADN ancien de chats momifiés.

Ensemble, les deux études ont balayé des années de disputes amères.

Même des critiques aguerris comme Gilbert étaient persuadés que, dans certaines momies égyptiennes, au moins, l’ADN survit.

En l’espace de quelques mois seulement, les perspectives sur le terrain se sont radicalement inversées.

Les chercheurs se disputent encore sur le rôle que la contamination pourrait avoir joué dans l’étude de Toutankhamon.

Mais les résultats obtenus avec le chat et le crocodile prouvent que les momies égyptiennes devraient pouvoir se prêter à une nouvelle vague de technologies de l’ADN, appelées séquençage nouvelle génération, qui ne reposent pas sur la PCR.

Au lieu d’amplifier des séquences cibles spécifiques, ces méthodes lisent des millions de petits fragments dans un échantillon à la fois, puis utilisent des algorithmes informatiques sophistiqués pour assembler les séquences obtenues.

Ils donnent une image générale de tout l’ADN présent dans un échantillon, ce qui facilite la détection de la contamination.

Les chercheurs peuvent voir si l’ADN de plus d’un individu est présent, et pour vérifier les modèles de dommages que l’on peut s’attendre à trouver dans l’ADN ancien.

En ciblant des séquences beaucoup plus courtes, les scientifiques peuvent également sonder des échantillons encore plus anciens, où l’ADN est plus fragmenté, et obtenir des données beaucoup plus détaillées que jamais auparavant, y compris des génomes entiers.

Depuis 2010, les principaux laboratoires d’ADN anciens, dont ceux de Paabe à Leipzig et de Willerslev à Copenhague, utilisent le séquençage de nouvelle génération pour déchiffrer les génomes d’une variété d’anciens humains conservés dans le froid : un Paléo-Esquimau de 4 000 ans surnommé Saqqaq Man ; Denisova Man, une nouvelle espèce humaine découverte en Sibérie ; et Ã-tzi the Iceman, une momie de 5 300 ans trouvée dans les Alpes centrales orientales.

Nous savons maintenant que l’ADN survit dans les momies animales égyptiennes, en utilisant le séquençage de nouvelle génération pour assembler l’ADN de leurs homologues humains  » n’est pas de la science-fiction « , dit Gilbert.

« Ce qui vous limite, c’est la taille d’un échantillon. Pour Denisova Man, ils n’avaient qu’un os de doigt. Ici, ils ont toute la momie. »

En d’autres termes, l’obtention de génomes entiers auprès d’anciens Egyptiens pourrait bientôt devenir une routine.

Cette technique promet une image beaucoup plus intime des pharaons.

S’il était utilisé sur Toutankhamon, il récupérerait l’ADN non seulement du roi lui-même, mais de tous les autres organismes associés à sa momie, du contenu de son estomac aux produits végétaux utilisés par ses embaumeurs, en passant par les infections qu’il portait.

Gad et ses collègues l’appellent le « méta-génome égyptien ancien ».

Le séquençage de la prochaine génération pourrait également transformer la recherche des origines génétiques des anciens Egyptiens.

Les égyptologues pourraient, en théorie, utiliser le séquençage de nouvelle génération pour examiner l’ensemble des génomes de centaines, voire de milliers d’individus : il y a certainement suffisamment de momies autour.

Cela leur permettrait d’approfondir radicalement leur compréhension de l’origine réelle de ces populations et de la façon dont elles se sont déplacées au fil du temps.

Pour ceux qui s’intéressent aux résultats, cela pourrait résoudre l’énigme de la race et de l’ascendance des pharaons une fois pour toutes.

L’Egypte ne montre cependant aucun signe de stabilisation.

Cet été, Gad a encore une fois fait l’expérience du goût du pouvoir populaire.

Avec des millions d’autres Égyptiens, il s’était mis en grève et avait participé à des manifestations, cette fois contre le dirigeant démocratiquement élu mis en place après la révolution, Mohamed Morsi.

L’armée égyptienne a répondu à leur appel et a forcé le nouveau président à partir.

Morsi, un dirigeant des Frères musulmans, était arrivé au pouvoir lors des premières élections libres du pays en juin 2012.

Mais malgré ce mandat, il a rapidement réussi à s’aliéner presque tous les groupes du pays.

Il était largement considéré comme incompétent et autoritaire.

Et bien que ses relations avec le ministère des antiquités aient été largement pragmatiques, il en avait troublé plus d’un, y compris Gad, en nommant un gouverneur pour Louxor qui avait fait partie du groupe terroriste islamiste qui a massacré des touristes en 1997.

Même si Gad avait initialement voté pour Morsi, il pensait que tout était mieux que l’ancien ordre, il s’est joint aux protestations contre le nouveau président et a soutenu l’action de l’armée.

C’était, dit-il, la seule façon de désamorcer ce qu’il croyait être devenu un régime fasciste.

Mais la destitution de Morsi a repoussé encore plus loin qu’avant toute perspective de reprise des travaux sur les momies.

La violence entre factions rivales se poursuit et l’Égypte a d’autres priorités à l’heure actuelle.

Lorsque je parle à Gad le matin du 4 juillet, juste après la prise de pouvoir dramatique de l’armée, il se rend au CNRC pour la première fois en une semaine.

Il vient de se voir offrir une nouvelle chance d’aider à construire l’Egypte démocratique dont il rêve, mais ce qu’il ressent maintenant, c’est surtout le soulagement que Morsi soit parti, plutôt que la joie sauvage qui a suivi la chute de Moubarak.

« Nous ne sommes pas si naïfs cette fois-ci », dit-il. Cela m’a prouvé personnellement que le chemin vers la démocratie est long et laborieux. »

On peut dire la même chose du chemin vers le génome d’un pharaon.

Mais il pourrait y avoir une seconde chance là aussi.

Après la révolution, les jeunes membres de l’équipe du Caire se sont dispersés dans le monde entier pour trouver du travail.

Maintenant, ils travaillent avec des chercheurs étrangers pour développer les compétences dont ils auront besoin pour la prochaine phase.

Et Gad espère toujours que si un nouveau gouvernement stable peut être mis en place, il finira par obtenir la permission – et le financement – de poursuivre les études, ce qui amènera la prochaine génération de séquençage à Toutankhamon et au-delà.

« Je ne suis pas pressé », dit-il. « J’ai attendu longtemps. Je peux attendre encore quelques années. »

La personne qui prendra cette décision n’a pas encore été choisie.

Attendant dans les coulisses, le vieux maître, Hawass.

Après une période d’enquête au cours de laquelle il n’a pas été autorisé à quitter l’Égypte, il affirme qu’il n’est plus poursuivi en justice et nie qu’il ait jamais été proche de Moubarak.

Il s’est lancé dans une tournée mondiale de conférences et publie actuellement un livre sur Toutankhamon.

« Je suis le seul à pouvoir ramener les touristes « , m’a-t-il dit en 2011.

Un nouveau gouvernement peut encore décider qu’il a raison.

Pour Toutankhamon lui-même, les révolutions passent comme une vague sur le Nil.

Au cours des trois mille ans qui se sont écoulés depuis son enterrement, des empires se sont levés et sont tombés ; des guerres et des catastrophes naturelles ont ravagé le pays ; des civilisations se sont développées et ont disparu ; de grandes religions ont vu le jour et se sont éteintes.

A travers tout cela, dans sa tombe à quelques mètres sous terre, ce roi oublié a attendu que ses secrets soient découverts.

Il est là, immobile, accroché à sa vie après la mort, un fantôme d’un monde ancien qui regarde vers le ciel.

Cette histoire a été écrite par Jo Marchant, éditée par Patrick Doyle avec Bobbie Johnson, vérifiée par Cameron Bird, révisée par Eugene Costello et corrigée par Susie Gordon.

Voir aussi :

Les dix commandements et la loi de Maât, similitude entre les textes égyptiens et la Bible

L’origine sumérienne et égyptienne de la Bible, les preuves

La croyance en un Dieu unique dans l’Égypte ancienne, l’enseignement d’Hermès


Source : medium.com

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Exit mobile version